savoir

Temps de tonte

Temps de tontes comparé entre plusieurs types de tondeuses à gazon

Analyse des temps de tonte par diamètre de coupe et technologies pour 1000 m² en comparant les plus gros bac du marché (70 L) au plus gros sac utilisable

selon la trajectoire idéale suivante

Aucune coupure de trajectoire

Temps de tonte par taille de lame

Trajectoire utilisée pour le test des temps de tontes

 

Pourquoi est ce plus rapide avec une tondeuse BagMower ?

D'une part car les tontes peuvent être hachées finement avant d'être collectées, d'autre part car les tontes sont compressées.

Ce n'est pas possible sur des tondeuses classique avec panier de collecte car il faut qu'il soit suffisamment léger pour pouvoir être porter afin qu'ils puissent être ensuite vider.

Résultat : Il n'est plus nécessaire de s'arrêter aussi souvent, ce qui rend la tonte très rapide et surtout très facile.

Comparaison des différents type de tondeuse à gazon au niveau du temps nécessaire pour entretenir une pelouse de 1000 m²

En rouge : La tondeuse en mode mulching

En rouge et noir : La tondeuse équipée d'un panier de collecte standard

En rouge et marron : La tondeuse équipée d'un support de sac

Lire la suite...


L'essentiel

Compostage :
 
Vous pouvez ramasser vos déchets végétaux avec des sacs-poubelle. Tontes de pelouse, mauvaises herbes arrachées dans les plates-bandes, taille des fleurs fanées....
Ensuite il suffit de fermer le sac et laisser opérer la nature. 
Il faut que le sac ne soit plein qu'au 3/4 et que le mélange ne soit pas tassé à l'intérieur. On peut aussi amélioré le système en mettant quelques poignées des coupures de bois ou de sciure pour améliorer le compostage.
Une fois le sac fermé on le pose à plat et non debout. Si le sac est hermétiquement fermé, quelques trous avec un tournevis pour que les gaz s'échappent.
Ensuite à chaque fois que vous visitez votre endroit vous retournez ou agitez le sac, ce brassage accélère le processus.
Le produit fini est obtenu pendant la belle saison en 4-5 semaines seulement. Il est encore grossier mais excellent pour le paillage ou comme amendement organique.

En automne, on pourra utiliser un sac noir plastique qui captera la chaleur des rayons solaires et ralentira le processus de compostage. A l'intérieur l'humidité reste constante au contraire des composteurs.
 
L'ensachage lors de la tonte a, outre le gain de temps, l'avantage de recycler la poussière.

Les autres tondeuses vaporisent et dispersent des :

  • Particules radioactives :

Nous ne connaissons pas les conséquences d’irradions répétitives, les particules radioactives sont dispersées massivement pendant de longues périodes après un sinistre. La tonte est l’occasion de vaporiser et respirer régulièrement ces poussières nous rendant nous même radioactif et générant inéluctablement des cancers pugnaces. Par extension, dans les zones irradiées, il convient de collecter les tontes lesquelles collectent les poussières radioactives afin d’éviter une contamination des sols.

  • Produits phyto pharmaceutiques :

Cette attaque des organes humains en vue de les scléroser apparait aussi lors de l’aspiration de gouttelettes vaporisées de produits phyto pharmaceutiques comme les herbicides dont nous interdisons quasiment aucune des centaines de nouvelles molécules misent sur le marché chaque année, sans même avoir préalablement effectué des tests cliniques pour définir leurs effets indésirables. Cf rapport Paillotin.

  • Pollens :

Les pollens retombés ou provenant des graminées.

  • Spores :

Les spores de moisissures, de champignons, de mousse, de fougères.

  • Autres polluants :

Les résidus de combustion d’ordures ménagères. Les fibres textiles,  de poils, de particules de peau et autres phanères provenant des humains ou des animaux familiers, d'insectes morts, ainsi que des déchets alimentaires, de moisissures résultant d’un sol trop acide, de plomb, d’amiante.

Lire la suite...


Motorisations disponibles

3 types de motorisations de tondeuses à gazon existent :
Thermique ou électrique en version avec ou sans fil ou humaine :
  • Electrique :
Les versions électriques filaires sont les tondeuses les plus écologiques des version motorisées, pour autant elles sont limitées en surface et en capacité de coupe et de collecte. Les tondeuses électriques filaires ont des puissances équivalentes à 2 Cv. [1Cv = 736 W]
Les versions électriques sur batterie sont encore plus limitées, avec une puissance autour de 0.7 Cv [1Cv = 736 W]. Les batteries Li-ion ou au plomb comportent des problématiques non résolues de recyclage et doivent être remplacées tous les 2 ou 3 ans généralement au 3/4 du prix des tondeuses neuves. Budget auquel on rajoutera pour les robots au moins chaque année le prix d'un nouveau jeu de lames.
  • Thermique :
Les tondeuses à conducteurs marchant équipées de moteurs entre 3 et 9 Cv. Elles sont utilisables sur des surfaces jusqu'à 4000 m². Elles sont polluantes mais peuvent être utilisées moins fréquemment que leurs homologues électriques.
Les tondeuses autoportées sont les plus polluantes rapportées au m² équipées de moteurs entre 9 Cv et 36 Cv. Elles sont utilisables à partir de 2000 m². Elles s'utilisent en combinaison avec des petites tondeuses pour les finitions augmentant l'impact écologique.
Alors pourquoi avoir 2 tondeuses, lorsqu'une tondeuse BagMower qui est largement moins chère, est plus facile à entretenir et permet d'obtenir le même résultat en se promenant dans son jardin un peu plus longtemps...
  • Manuelle :
Les tondeuses manuelles sont poussées par l'utilisateur afin d'entrainer plusieurs lames trempées en forme d'hélice. Elles coupent en garantissant qu'aucune brindilles ne sera arrachées. Elles sont utilisables sur des surfaces allant jusqu'à 300 m². Leurs cousines sont motorisées thermiquement et utilisées généralement sans collectesur les pelouse de golfs avec adjonction de ralentisseurs de croissance...
Elles imposent un usage très régulier. Pour vous donner un ordre d'idée moyen : entre 2X plus régulièrement qu'une tondeuse rotative en mode mulching et 4X en mode collecte) Elles sont généralement fournies sans bacs de collecte pourtant avec ces bacs vous pouvez tondre 2X moins régulièrement et rendre ces tondeuse 100 % écologiques et économiques. Sans bac, vous tondrez moins régulièrement et vous collecterez de l'énergie verte (calorifique,...).

Lire la suite...


Impacts environnementaux

Conséquences environnementales des différentes manières de gérer les tontes :
 
La collecte de déchets verts permet aujourd'hui à travers leurs dégradations de créer de l'énergie calorifique notamment pour chauffer des lieux publics ou des habitations à travers par exemple de pompes à chaleurs conformées pour passer près ou dans le compost. Le résidu est sous forme de terreau et sert à enrichir vos plantations.
Attention : L'usage intensif de la fonction mulching est fortement déconseillée en raison d'une part des pollutions résultantes aux nitrates [No3-] du sol et de l'eau et d'autre part de la dégradation de la qualité du gazon avec l'apparition de feutre et des mauvaises herbes, et la transmission des maladies, induisant l'usage de produits phytopharmaceutiques dangereux. En effet, N représente l'azote, c'est un élément nutritif contribuant majoritairement au développement végétatif de toutes les parties aériennes de la plantes. Il est profitable aux pelouses seulement au printemps (au démarrage de la végétation) et tout au long de l'année aux légumes feuilles sauf au moment du développement des fleurs, des fruits ou des bulbes.
On trouve de l'azote dans le sang séché, dans les tontes de gazon. Engrais pour gazon: NPK 20.10.10, c'est-à -dire 1/5 d'azote pour 1/10 de phosphore et 1/ 10 de potassium. Vous pouvez gérer là où vous souhaitez accélérer la croissance en laissant vos tontes ou vos sacs compostables près des zones à fertiliser. C'est la solution la moins contraignante et la plus écologique car c'est un engrais naturel produit localement. Ne pas faire de mulching durant toute la saison permet aussi de tondre 2 fois moins souvent. C'est la seule solution pour tondre écologiquement. Sachant que "2% du brouillard de Los Angeles provient des émissions des tondeuses à gazon" Caradisiac, Environmental Protection Agency (EPA)"1 tondeuse pollue autant que 100 voitures", CAPA/Arte (Globalmag)Moins longtemps nous tondons, moins nous redémarrons les moteurs, moins nous polluons.
Les tontes permettent aussi de produire d'autres ressources : (n'hésitez donc pas à déposer vos déchets verts en décharge)
Utilisation de la biomasse

 

Lire la suite...


Brevets d'inventions

Brevets d'inventions

Tondeus'Eco est une entreprise spécialisée dans les machines et dispositifs d'amélioration de la collecte.

Nous déposons constamment de nouveaux brevets afin de vous offrir des machines toujours plus performantes et plus sûres.

Vous trouverez ci-suit le brevet international Wo2011151580 et la base des brevets et déposés en France, Belgique, Suisse, Pays Bas, Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne, République tchèque, Suède, Hongrie, Pologne.

DISPOSITIF POUR LE REMPLISSAGE D'UN SAC ET TONDEUSE ASSOCIEE

[01] L'invention concerne un dispositif pour le remplissage d'un sac. L'invention a notamment pour but de limiter au maximum le bourrage d'un équipement muni d'un tel dispositif. L'invention trouve une application particulièrement avantageuse, mais non exclusive, dans le domaine des tondeuses à gazon.

[02] Les systèmes de collecte, tels que les tondeuses, comportent une chambre de coupe et un récipient pour récupérer des produits agricoles ou des déchets verts (herbes coupées) issus de la chambre de coupe ou d'aspiration. La chambre de coupe ou d'aspiration et le récipient communiquent par l'intermédiaire d'un conduit. Un flux d'air généré par la lame au niveau de la chambre de coupe ou d'aspiration permet de véhiculer les produits agricoles ou les déchets verts ou tontes depuis la chambre de coupe ou d'aspiration vers le récipient en passant par le conduit. On comprend qu'il est nécessaire de pouvoir assurer une continuité dans le transport des produits agricoles/déchets verts ou tontes depuis la chambre de coupe ou d'aspiration vers le récipient sans bourrage du conduit.

[03] On connaît des moyens de battage décrits dans le document WO2006/095080 permettant précisément d'éviter les bourrages à l'intérieur du conduit en assurant des mises en flexion et des relâchements réguliers d'une paroi du conduit. Ces moyens sont formés d'une part par d'au moins une plaque de battage solidaire en son centre d'un pivot formant la partie inférieure du conduit et d'autre part par un actionneur faisant entrer en vibration la plaque.

[04] Toutefois, un tel système assure une mise en vibration transversale par rapport au conduit, c'est-à-dire que la plaque est fléchie et relâchée suivant une direction parallèle au sens du flux des éléments véhiculés. Cela génère une différence d'accélération entre l'extrémité latérale du conduit et le centre du conduit situé au niveau du pivot. En effet, l'accélération est beaucoup plus importante du côté de l'extrémité latérale de la plaque sur laquelle agit l'actionneur que du côté du centre de la plaque qui est fixe, ce qui ne permet pas de réaliser un battage optimum du canal d'alimentation.

[05] L'invention permet de résoudre ce problème en proposant des moyens de battage faisant vibrer le conduit suivant sa direction longitudinale, ce qui procure une meilleure efficacité de battage pour une même flexion de la plaque que dans le système connu.

[06] A cet effet, les moyens de battage comportent une patte d'actionnement solidaire de la plaque et un actionneur tournant destiné à entrer en coopération avec la patte d'actionnement pour permettre une flexion de la plaque et son relâchement de manière cyclique. En variante, l'actionneur agit directement sur une extrémité transversale de la plaque.

[07] Un autre aspect de l'invention concerne la partie supérieure d'un support de sac comportant une pluralité de panneaux réflecteurs. Ces panneaux permettent de détourner vers le sol les projectiles, tels que les cailloux, issus de la chambre de coupe susceptibles de blesser l'utilisateur.

[08] L'invention concerne principalement un dispositif pour le remplissage d'un récipient d'un équipement par des éléments véhiculés par un flux d'air à l'intérieur d'un conduit, ce conduit amenant le flux air/éléments d'une chambre de coupe ou d'aspiration vers le récipient, caractérisé en ce qu'il comporte :

- au moins une plaque déformable formant au moins partiellement la partie inférieure du conduit, et

- des moyens de battage comportant un actionneur tournant installé sur un axe assurant une flexion de la plaque suivant une direction de courbure sensiblement perpendiculaire par rapport à la direction de déplacement du flux air/éléments et un relâchement de la plaque de manière cyclique.

[09] Selon une réalisation, les moyens de battage comportent en outre :

- une patte d'actionnement solidaire de la plaque, et

- l'actionneur agissant sur la patte pour permettre une flexion et un relâchement de la plaque de manière cyclique.

[010] Selon une réalisation, la patte d'actionnement est une pièce rapportée.

[011] Selon une réalisation, la patte d'actionnement est montée sur la plaque par l'intermédiaire de pièces élastomères.

[012] Selon une réalisation, la patte d'actionnement et la plaque forment une seule et même pièce.

[013] Selon une réalisation, l'actionneur tournant agit sur une extrémité transversale de la plaque pour permettre une flexion et un relâchement de la plaque de manière cyclique.

[014] Selon une réalisation, l'axe tournant est un axe de roues de l'équipement.

[015] Selon une réalisation, l'actionneur tournant comporte une protubérance qui s'étend radialement par rapport à l'axe des roues, cette protubérance présentant de préférence une longueur radiale réglable.

[016] Selon une réalisation, la protubérance prend la forme d'un morceau de tôle conformé de manière à enserrer l'axe.

[017] Selon une réalisation, il comporte une pièce en limitation de débattement pour délimiter l'extrême position opposée à la position dans laquelle la plaque est contrainte par l'actionneur, de manière à augmenter la décélération et améliorer le décrochement des éléments sur la plaque.

[018] Selon une réalisation, la pièce de limitation de débattement est reliée d'une part à l'extrémité de la plaque et d'autre part à une coque de l'équipement.

[019] Selon une réalisation, la plaque de battage est formée de deux plaques inférieure et supérieure reliées entre elles par l'intermédiaire d'une plaque intermédiaire, la plaque intermédiaire étant reliée aux plaques inférieure et supérieure par des zones de pli transversales autorisant la déformation de la plaque lors de ses flexions et de ses relâchements successifs.

[020] Selon une réalisation, une extrémité de la plaque de battage est fixe tandis que l'autre extrémité est libre.

[021] Selon une réalisation, il comporte en outre un support de sac présentant dans sa partie supérieure une pluralité de panneaux déflecteurs pour modifier la trajectoire des particules projetées depuis la chambre de coupe ou d'aspiration de manière rectiligne vers le récipient en les renvoyant vers le sol.

[022] Selon une réalisation, plus on s'éloigne de la chambre de coupe ou d'aspiration, plus l'angle aigu que forment les panneaux déflecteurs avec l'horizontale augmente.

[023] Selon une réalisation, les angles que forment les panneaux réflecteurs avec l'horizontale sont compris entre 10 et 90°.

[024] Selon une réalisation, deux séries de panneaux déflecteurs sont situés de part et d'autre de la partie médiane du support de sac.

[025] Selon une réalisation, les panneaux de chaque série forment une succession de panneaux réflecteurs situés à des niveaux différents appelés étages, les panneaux d'un même étage formant entre eux un angle de l'ordre de 50 degrés.

[026] Selon une réalisation, le support de sac comporte également un raidisseur situé dans la partie médiane du support suivant la dimension d'allongement du support de sac.

[027] Selon une réalisation, les panneaux déflecteurs étant reliés entre eux par l'intermédiaire de panneaux de liaison, les panneaux de liaison de chaque série reliant entre eux les panneaux déflecteurs d'un même étage formant entre eux un angle compris entre 90 et 180 degrés.

[028] Selon une réalisation, les panneaux de liaison de chaque série, en particulier les plus proches de la chambre de coupe ou d'aspiration sont reliés par des panneaux de liaison orientés horizontalement.

[029] L'invention concerne en outre une tondeuse équipée d'un dispositif de remplissage selon l'une des revendications précédentes.

[030] L'invention sera mieux comprise à la lecture de la description qui suit et à l'examen des figures qui l'accompagnent. Ces figures ne sont données qu'à titre illustratif mais nullement limitatif de l'invention. Elles montrent :

[031] Figure 1 : une représentation schématique en coupe transversale d'une tondeuse selon l'invention comportant des moyens de battage et un support de sac muni de panneaux réflecteurs selon l'invention ;

[032] Figure 2 : une vue en perspective détaillée des moyens de battage selon l'invention comportant un actionneur installé sur l'arbre des roues ;

[033] Figures 3a-3e : des vues en coupe des différentes formes de la patte d'actionnement du dispositif de battage selon l'invention ;

[034] Figures 4a-4c : des représentations schématiques des différentes positions des moyens de battage lors de leur fonctionnement ;

[035] Figure 5 : une représentation graphique de l'accélération et de la décélération de la plaque pour différentes valeurs de longueur de l'actionneur tournant ;

[036] Figure 6 : une variante de réalisation des moyens de battage selon l'invention dans laquelle l'actionneur agit directement sur une extrémité libre transversale du conduit ;

[037] Figure 7 : une vue en perspective d'un support de sac selon l'invention muni de panneaux réflecteurs ;

[038] Figure 8 : une vue en coupe transversale du support de sac selon l'invention ;

[039] Figures 9a-9b : des représentations en 3 dimensions selon deux angles de vue différents de la partie supérieure seule du support de sac selon l'invention munie des panneaux réflecteurs.

[040] Figures 10a-10b : des vues en perspectives d'une réalisation d'un actionneur selon l'invention formé par un morceau de tôle plié autour de l'axe tournant muni d'extrémités libres respectivement situées bord à bord ou décalées l'une par rapport à l'autre ;

5 [041] Figures 11 a-11 b : des vues de côté et en coupe suivant l'axe BB d'un actionneur selon l'invention comportant une protubérance formée par une lame flexible ;

[042] Figure 12 : une représentation schématique d'un liant assurant la liaison entre la plaque de battage et la coque dans une tondeuse selon î o l'invention.

[043] Les éléments identiques, similaires ou analogues conservent la même référence d'une Figure à l'autre.

[044] La Figure 1 montre une vue en coupe d'une tondeuse 1 selon l'invention comportant une coque 2 portée par des roues 3 à ses extrémités

15 avant et arrière. La coque 2 délimite dans sa partie inférieure une chambre 5, dite chambre de coupe ou d'aspiration qui crée un flux d'air. A cet effet, à l'intérieur de cette chambre 5 est installée une lame 7 de coupe entraînée en rotation par un moteur 8 de type électrique ou à combustion interne, ou à inertie. Ce moteur 8 peut également assurer la traction de la tondeuse 1 via

20 des moyens d'accouplement (non représentés) installés entre l'arbre du moteur et un arbre de roues. Un guidon 10 permet de manipuler la tondeuse 1 pendant son déplacement. Cette tondeuse 1 est également munie d'un déflecteur permanent 1 1 monté sur un axe 3 par l'intermédiaire d'un ressort.

[045] Un support 14 de sac situé à l'arrière de la tondeuse 1 est monté 25 sur l'axe 13 à l'aide de crochets 16. Ce support 14 dont une description plus précise sera faite en Figures 7-10 est formé de deux parois 18, 19 latérales reliées entre elles par l'intermédiaire d'une paroi supérieure 21. Un sac 22 représenté en pointillés est positionné autour du support 14 pour collecter les éléments issus de la chambre de coupe ou d'aspiration. L'extrémité avant du 30 sac 22 est pincée entre le déflecteur permanent 11 et la paroi supérieure 21 du support de sac 14 pour assurer son maintien sur la tondeuse. Ce maintien se fait à la fois transversalement pour tendre le sac dans sa partie inférieure et ainsi accueillir toutes les tailles supérieures au périmètre du support mais aussi longitudinalement pour éviter que le sac ne se retire à cause de la pression de l'air... La coque 2 comprend dans sa partie arrière une lame 24 de préférence flexible qui permet d'assurer une étanchéité du sac 22 lorsque ledit sac 22 n'est pas tendu. Ainsi, le volume du récipient 23 de remplissage est délimité par les parois du sac 22 et du support de sac 14.

[046] Un conduit 25 assure la liaison entre la chambre 5 de coupe ou d'aspiration et le récipient 23 de remplissage. Un flux d'air généré par la lame de coupe 7 achemine les éléments depuis la chambre 5 vers le récipient 23 après avoir traversé le conduit 25. Ce conduit 25 est formé dans sa partie inférieure par une plaque de battage 29 flexible et dans sa partie supérieure par la coque 2. Des moyens de battage 28 installés au niveau du conduit 25 assurent une mise en vibration au moins de la partie inférieure du conduit 25 formée par la plaque 29. A cet effet, les moyens de battage 28 assurent une flexion entraînant une courbure de la plaque 29 suivant une direction D1 de courbure (perpendiculaire à la feuille sur la Figure 1 ) transversale (ici sensiblement perpendiculaire) à la direction D2 de déplacement du flux air/éléments dans le conduit. Cette flexion est l'expression apparente de l'énergie emmagasinée. Cette direction D2 correspond à la dimension d'allongement du conduit 25. Ces moyens de battage 28 catapultent les éléments se trouvant dans cette zone et permettent ainsi d'éviter ou supprimer tout bourrage du conduit 25 par les éléments qui y sont véhiculés.

[047] Plus précisément, comme montré sur la Figure 2, la plaque de battage 29, qui présente ici une forme en Z allongée, est formée de deux plaques inférieure 29.1 et supérieure 29.2 reliées entre elles par l'intermédiaire d'une plaque intermédiaire 29.3. La plaque intermédiaire 29.3 est reliée aux plaques inférieure 29.1 et supérieure 29.2 par des zones de courbure 30.1 , 30.2 autorisant la déformation de la lame 29 lors de ses flexions et de ses relâchements successifs.

[048] L'extrémité 32.1 de la plaque inférieure 29.1 positionnée du côté de la chambre 5 de coupe ou d'aspiration est fixée à une pièce 27 de support fixe qui s'étend transversalement à la tondeuse 1. Cette pièce 27 est solidaire de la coque 2. En variante, l'extrémité 32.1 est fixée directement sur la coque 2 ou fait partie intégrante de la coque 2. Tandis que l'extrémité de la plaque supérieure 29.2 positionnée du côté du sac 22 reste libre.

[049] Le battage se substitue ainsi progressivement à la perte de portance résultante de la distance avec la chambre de coupe ou d'aspiration. Cette configuration permet d'optimiser l'utilisation de l'énergie ; ainsi pour la même énergie moteur normalement utilisée pour compenser le couple généré par l'angle des pales de coupe et la vitesse de rotation, les performances de collectes sont meilleures avec les moyens de battage selon l'invention car ils transfèrent une partie de l'énergie là où elle est la plus efficace.

[050] Par ailleurs, les plantes ont des développements ou « vitesses » de pousse variées qui sont prises en compte dans les machines classiques par un flux d'air suffisant qui seul permet de transporter les particules. Ce flux d'air est dimensionné pour des situations difficiles alors que le système de battage corrige les situations extrêmes en prévenant et supprimant les bourrages.

[051] De préférence, la plaque 29 est réalisée dans un matériau de type HLE (à Haute Limite Elastique). Les pliages ne doivent autant que possible pas être réalisés au niveau des zones où l'énergie de flexion est emmagasinée. Le dimensionnement de cette pièce se fera en fonction du comportement de la matière (couple force/déformation) et de sa vitesse à reprendre sa forme initiale. L'ensemble de ces paramètres étant défini en fonction de la masse de la patte d'actionnement ou pièce intermédiaire 31 et la masse de la plaque 29, le débattement voulu lui-même sera fonction de la hauteur du conduit 25, de la masse des éléments à catapulter, de la distance par rapport au point fixe, de la longueur et de la superficie à battre.

[052] Par ailleurs, une patte d'actionnement 31 est solidaire de la plaque 29 dans sa partie intermédiaire 29.3. Comme montré sur les Figures 3a-3e, cette patte 31 peut avoir en coupe transversale une forme en Z (comme sur la Figure 2), en U, en V ou en O ou en L, ou en T. Cette patte 31 peut être rapportée ou être réalisée en un seul tenant avec la plaque 29. Dans le cas où la patte 31 et la plaque 29 ne forment qu'une seule pièce, la patte 31 est réalisée par un pliage d'une zone dans laquelle la plaque 29 a été

partiellement découpée. Dans le cas où la patte 31 est rapportée, elle est fixée sur la plaque 29 éventuellement par l'intermédiaire de pièces élastiques. Ces pièces élastiques peuvent prendre la forme d'une pièce en élastomère. Cette patte 31 qui allégée au maximum en fonction des éléments à battre permet si elle est positionnée sensiblement au centre d'assurer une bonne dispersion des efforts au niveau de la plaque 29 pour obtenir un pliage adéquat.

[053] Cette matière pourrait être de type haute résistance à l'usure et à faible coefficient de frottement (2% de carbone, 15% de Chromes, 0.5% Mo...) trempée, et recuite. Un revêtement peut aussi être appliqué sur les zones de contact augmentant la dureté HRC. Les zones de contact seront éventuellement graissées de préférence avec une graisse à base de téflon ou toutes autres matières améliorant le coefficient de frottement. La masse de cette pièce intermédiaire est définie de préférence en fonction des éléments à catapulter (masse, quantité) de la hauteur du canal de transfert, de la distance avec la zone d'accroché, et du point où s'exerce la masse. On peut appliquer ici grossièrement la base de calcul des bras de levier.

[054] En cas de haute fréquence correspondant à un régime de rotation de l'axe 36 rapide et /ou à une pluralité de protubérances 33.1 montées sur l'axe, le couple actionneur/pièce intermédiaire sera utilisé en vue de la diminution de l'abrasion et de l'amortissement, cette matière élastique à haut niveau HRC en surface sera utilisé pour les deux.

[055] Les moyens de battage 28 comportent en outre un actionneur 33 tournant formé par une protubérance 33.1 solidaire en rotation de l'axe 36 de roues, cette protubérance 33.1 s'étendant radialement par rapport à cet axe 36. Cet actionneur 33 est destiné à agir sur la patte 31 afin de faire fléchir la plaque 29 suivant le direction D1 correspondant à une courbure 30.1 , 30.2. Dans un exemple de réalisation, la protubérance 33.1 prend la forme de deux ensembles vis et écrou diamétralement opposés dont la longueur est variable. Deux contre écrous sont utilisés de chaque coté pour d'un coté, supprimer le jeu entre l'écrou et la vis et de l'autre coté supprimer le jeu entre la vis et l'axe des roues. Tout comme la patte 31 d'actionnement, l'actionneur 33 est réalisée dans une matière anti-friction à haute limite à l'abrasion.

Idéalement, cette matière sera de type haute résistance à l'usure et à faible coefficient de frottement. Un revêtement peut aussi être appliqué sur les zones de contact augmentant la dureté HRC. Les zones de contact seront éventuellement graissées de préférence avec une graisse à base de téflon ou toutes autres matières améliorant le coefficient de frottement.

[056] En variante, comme montré sur les Figures 10a et 10b, la protubérance 33.1 comprend un morceau de tôle 101 conformé de telle manière à enserrer l'axe 36. Eventuellement, le morceau de tôle 101 pourra être soudé à l'axe 36. Le pliage permettant d'enserrer l'axe 36 sera effectué au moins à deux endroits (espacés entre un périmètre et un demi-périmètre de l'axe 36 d'écart). Ce morceau de tôle 01 en forme de U inséré autour de l'axe 36 est maintenu en position à l'aide d'une vis 102 et d'un écrou 103 espacés de l'axe 36 en fonction de la distance de rattrapage d'usure nécessaire. Une vis 105 fixée, de préférence de manière amovible, à la portion repliée de la tôle 101 assure l'activation de la pièce intermédiaire 31. Dans la réalisation de la Figure 10a, les deux extrémités 107, 108 des branches du U assurent également conjointement l'activation de la pièce intermédiaire 31 (dans ce cas les extrémités 107, 108 sont situées bord à bord). Une telle réalisation permet de limiter l'usure de l'actionneur. Dans la réalisation de la Figure 10b, une seule des extrémités 107 des branches du U active également la pièce intermédiaire 31 (dans ce cas les extrémités 107, 108 sont décalées l'une par rapport à l'autre). Une telle réalisation présente l'intérêt d'assurer un amortissement des vibrations.

[057] Il est possible de régler la longueur de débattement de cette tôle 101 en ajoutant ou non des rondelles 109 entre la vis 105 et l'axe au niveau du U que forme la tôle. Cette vis 105 peut aussi s'adapter à l'usure en rajoutant des rondelles entre la vis 108 et la tôle 101. Ce mode présente l'avantage de combiner deux types de vibration, l'une générée par la vis 105 faisant du bruit mais provoquant des vibrations fortes de faible débattement en addition du fort débattement classique, l'autre du coté amorti générée par les extrémités 107, 108 permettant de ne garder que la vibration de forte amplitude. Le paramètre de longueur de débattement est déterminé en fonction du pourcentage air / éléments et dans le cas d'un flux d'air faible en fonction de la hauteur et la longueur du canal afin de catapulter les matières les plus collantes sensiblement avant le haut du canal, le paramètre de faible amplitude à forte accélération dû au non amorti du contact entre l'actionneur 33 et la pièce intermédiaire 31 améliore l'efficacité du transport en répartissant les éléments tout en créant un espace entre eux (effet du bol vibrant) ; il nettoie en outre plus efficacement la surface.

[058] Ces caractéristiques d'accélération, de fréquence et de débattement se combinent à celle du débattement classique et créent une large gamme d'ondes convenant pour une large diversité d'éléments. Pour illustrer ce qui vient d'être décrit, à certains moments des fréquences peuvent se combiner pour créer des ondes très fortes qu'on appelle dans le monde maritime des vagues scélérates. L'activation 1 fois par rotation est réalisée avec une seule vis sans écrou. Pour dépasser 3 activations par tour, on rajoutera à ce mode, décalé sur l'axe, avec un angle différent, d'autres pièces intermédiaires en face d'autres actionneurs. Dans le cas d'activations à plusieurs endroits sans alourdir la plaque de vibration, il est possible selon le dernier mode de réalisation en tôle HLE de réaliser des pièces pliées en étoile de manière à régler la fréquence des flexions.

[059] En variante, comme représenté sur les Figures 1 a et 11 b, une tôle 201 flexible de forme plane, par exemple de type HLE, est insérée dans une fente 202 réalisée dans une vis papillon 203, cette vis papillon 203 étant liée en rotation avec l'axe 36. Cette tôle 201 est bloquée de préférence par un axe central 205 et un léger jeu 206 existe entre le fond de la fente 202 et le bas de la tôle 201 , de sorte que la tôle 201 peut tourner légèrement autour de l'axe 205 suivant la flèche 207. La tôle 201 peut ainsi rester parallèle à la pièce (pièce intermédiaire 31 ou extrémité libre 32.2 de la plaque) sur laquelle la tôle 201 glisse lorsque la tôle 201 fait fléchir cette pièce 31 , 32.2. Ce procédé bénéficie d'une capacité à pouvoir fonctionner à haute vitesse en limitant les vibrations mécaniques et sonores car il amortit l'actionneur 33.

[060] Les moyens de battage 28 peuvent comporter en outre une pièce 34 de limitation de débattement pour délimiter l'extrême position P2 opposée à la position P1 dans laquelle la plaque 29 est contrainte par l'actionneur 33. Une telle pièce 34 de limitation de débattement permet d'augmenter la décélération et améliore le décrochement des éléments sur la plaque 29.

Cette pièce 34 réalisée en matériau flexible est reliée d'une part à la plaque supérieure 29.2 de la plaque 29, et d'autre part à la coque 2 de l'équipement. A cet effet, la plaque supérieure 29.2 de la plaque 29 présente une ouverture 35 traversante à l'intérieur de laquelle est introduite la pièce 34 pour venir se fixer, par exemple par collage, sur la plaque 29 du côté des éléments véhiculés. La pièce 34 est ainsi positionnée pour travailler en cisaillement et éviter de travailler en traction lors des mouvements de la plaque 29.

[061] Les Figures 4a-4c illustrent un cycle de fonctionnement des moyens de battage 28. Dans une position de repos montrée sur la Figure 4a, la plaque 29 n'est pas sollicitée et se trouve dans une position de repos PO ; tandis que la pièce 34 de limitation en débattement n'est pas tendue.

[062] Comme montré sur la Figure 4b, lorsque l'actionneur 33 tourne, il entre en contact avec la patte 31 d'actionnement de la plaque 29 et la fait fléchir selon la flèche F1 suivant la courbure 30.1 de manière à lui faire emmagasiner de l'énergie de flexion. L'extrémité de la plaque 29 occupe alors la position P1. La pièce 34 de limitation de débattement se retrouve dans une position repliée.

[063] L'actionneur 33 tournant relâche ensuite la patte 31 d'actionnement, ce qui a pour effet de libérer l'énergie de flexion emmagasiner, la plaque 29 revenant rapidement en direction opposée dépassant sa position d'origine, ce qui crée alors une très forte accélération du flux desdites particules. La pièce 34 retient la plaque 29 dans la position P2 extrême de débattement qui se situe au-delà de P0, ce qui crée alors une décélération brutale. On observe alors une vibration de la plaque 29 selon la flèche F2 entre les positions extrêmes P1 et P2. Les cycles successifs de mise en flexion et de relâchement de la plaque 29 créent ainsi un phénomène de battage de la partie inférieure du conduit 25 qui permet d'éviter encore plus les bourrages de ce conduit 25 ou de les supprimer lorsque l'on a dépassé la limite de remplissage du sac. Dans un mode de fonctionnement particulier, les moyens de battage permettent de compresser l'herbe grâce à la partie dépassant dans le sac de la lame de vibration pour charger au maximum. Lorsque le sac 22 et le conduit 25 sont pleins, le

système de battage émet alors un bruit différent signalant à l'utilisateur qu'il est temps de remplacer le sac.

[064] En variante, l'actionneur 33 pourrait tourner dans le sens inverse de celui représenté, de sorte que dans un premier temps la plaque 29 serait 5 soulevée suivant la courbure 30.1 pour emmagasiner de l'énergie de flexion puis dans un second temps relâchée de manière à entrer en vibration. Dans ce cas, on obtiendrait comme précédemment le phénomène de battage recherché.

[065] Pour modifier la forme de la courbe d'accélération et de î o décélération de la plaque 29 représentée sur la Figure 5, il est possible de modifier la longueur radiale de l'actionneur 33. Ainsi, on s'aperçoit que plus la plus la vis 33.1 est longue, plus la courbe d'accélération et de décélération présente une grande amplitude (la courbe C3 a été obtenue avec la vis la plus longue) ; tandis que plus la vis est petite plus la courbe d'accélération et 15 de décélération présente une faible amplitude (la courbe C1 a été obtenue avec la vis la plus courte).

[066] En variante, comme représenté sur la Figure 6, l'actionneur 33 agit directement avec l'extrémité libre 32.2 de la plaque 29. Il est alors possible de recouvrir cette extrémité par un matériau de renfort 37 à haute résistance 0 à l'abrasion comportant un coefficient de frottement faible augmentant l'usure admissible de la plaque 29 dans la zone d'action de l'actionneur 33. Dans ce cas, l'actionneur 33 tournant est par exemple formé par une protubérance 33.1 solidaire en rotation de l'axe 36 des roues ou d'un axe 36' décalé par rapport à l'axe 36 à l'aide de moyens d'accouplement. La plaque 29 est alors 5 dépourvue de patte d'actionnement 3 .

[067] Par ailleurs, afin qu'une tondeuse soit homologuée, il existe un test dans lequel on place un grand nombre de billes (par exemple 500) dans la chambre 5 de coupe ou d'aspiration et on observe la trajectoire des billes projetées à l'extérieur de la tondeuse. Les billes (assimilables dans la réalité 0 à des cailloux) projetées sont susceptibles de blesser l'utilisateur. En conséquence, si ce nombre de billes dépasse un seuil (par exemple 5) dans la zone située en dessous du genou, alors on considère que le test a

échoué. Tandis que si ce nombre est inférieur au seuil, on considère que le test a réussi.

[068] Afin d'assurer le passage du test et donc la protection des personnes, on utilise dans l'invention un support 14 de sac muni d'une pluralité de panneaux réflecteurs montrés sur les Figures 7.

[069] Plus précisément, ce support 14 de sac comporte deux parois latérales 18, 19 reliées entre elles par l'intermédiaire d'une paroi supérieure 21 montrée en détails sur les Figures 9a et 9b. Ces parois 18, 19, 21 délimitent une portion du volume du récipient 23 ayant une entrée 39 par laquelle entrent les éléments acheminés par le conduit 25.

[070] Cette paroi supérieure 21 comporte plusieurs panneaux déflecteurs 40 formant avec l'horizontale un angle aigu A1-A5 (cf Figure 8) tel que les panneaux déflecteurs 40 modifient la trajectoire des particules projetées depuis la chambre 5 de coupe ou d'aspiration de manière rectiligne vers le récipient en les renvoyant vers le sol. Cet angle A1 -A5 est tel que plus on s'éloigne de la chambre 5 de coupe ou d'aspiration, plus il augmente pour chaque panneau 40. Dans un exemple de réalisation, les angles A1 -A5 sont compris entre 10 et 90°.

[071] Ces panneaux déflecteurs 40 sont reliés entre eux par des panneaux 42 de liaison, l'extrémité avant d'un panneau 42 de liaison étant reliée à l'extrémité arrière d'un panneau déflecteur 40, tandis que l'extrémité arrière d'un panneau 42 de liaison est reliée à l'extrémité avant d'un panneau 40 déflecteur. Le nombre de panneaux déflecteurs 40 est compris de préférence entre 2 et 15, il est dépendant de la longueur du conduit 25 et du support de sac 14. De préférence, ces panneaux 42 n'infléchissent pas des trajectoires directes.

[072] Selon la réalisation représentée, deux séries 46.1 , 46.2 de panneaux déflecteurs 40 sont situés de part et d'autre de la partie médiane du support de sac 14. Les panneaux 40 de chaque série 46.1 , 46.2 forment une succession de panneaux déflecteurs situés à des niveaux différents appelés étages. Les panneaux 40 d'un même étage forment entre eux un angle B de l'ordre de 150 degrés. Le support 14 de sac comporte également un raidisseur 45 situé dans la partie médiane du support 14 suivant la longueur du support de sac 14.

[073] Les panneaux de liaison 42 de chaque série 46.1 , 46.2 reliant entre eux les panneaux déflecteurs 40 d'un même étage forment entre eux un angle C1-C4 (cf Figure 9b) compris entre 90 et 180 degrés. Plus on s'éloigne de la chambre 5 de coupe ou d'aspiration, plus l'angle C1 -C4 a tendance à augmenter. Les panneaux de liaison 42 de chaque série 46.1-46.2, en particulier les plus proches de la chambre 5 de coupe ou d'aspiration, formant un angle C1-C4 entre eux peuvent être reliés par des panneaux 43 orientés horizontalement. Ces angles permettent à l'air de fluer correctement vers les sorties latérales.

[074] Ainsi, comme visible sur la Figure 1 , les projectiles ayant une trajectoire rectiligne référencée T1 -T2 depuis la chambre 5 de coupe ou d'aspiration jusqu'au récipient 23 dirigée au-dessus du genou de l'utilisateur sont réfléchis vers le sol par les panneaux déflecteurs 40 évitant ainsi qu'un usager ne soit blessé.

[075] Dans la partie inférieure, la plaque intermédiaire 29.3 de la plaque qui présente un angle compris entre 20 et 90 degrés par rapport à l'horizontale assure également la déflexion des projectiles formant des angles faibles par rapport à l'horizontale. Ainsi le projectile qui se déplace selon la trajectoire T3 est réfléchi vers l'intérieur de la chambre 5 de coupe ou d'aspiration. Ces panneaux comportent une partie basse la plus proche de la zone supérieure de support du sac 14. En effet, à la fin du chargement ces panneaux qui constituent la partie basse du support de sac 14 doivent être extraits du sac 22, ce qui revient à dire que plus cette espace est réduit moins la perte de chargement du sac est importante. Pour s'assurer que l'utilisateur ne dépassera pas ce volume lors de l'extraction du sac plein, il lui est conseillé d'incliner la tondeuse tout en la poussant. En suivant, ces recommandations, les sacs 22 sont alors remplis de manière à permettre de les refermer et les porter aisément.

[076] En outre, comme montré sur la Figure 7, le support 14 de sac est muni d'ouvertures 47 ménagées dans certains panneaux 42 de liaison (en particulier les plus éloignés de la chambre 5 de coupe ou d'aspiration). Les parois latérales 18, 19 sont formées chacune de deux plaques interne 48 et externe 49 repliées l'une sur l'autre par l'intermédiaire d'une zone de liaison 50 de manière à délimiter des évidements latéraux 53. Le bord supérieur de la plaque externe 49 présente de préférence des angles arrondis pour éviter de déchirer le sac 22 reposant sur ce bord. Une telle configuration permet d'assurer une re-circulation du flux d'air véhiculant en partie basse les éléments de coupe. En effet, le flux d'air dont le trajet est représenté par les flèches 52 peut ainsi passer par l'entrée 39 puis par le récipient 23, puis par les ouvertures 47, puis par les évidements latéraux 53 pour ensuite pour partie se reboucler à l'intérieur de la chambre 5 de coupe ou d'aspiration. Une extension de ces canaux peut être réalisée pour diriger le flux d'air éléments directement dans la chambre 5 pour ainsi obtenir un recyclage complet du flux de l'air. Cette configuration sera privilégiée en vue de protéger parfaitement les utilisateurs allergiques, ou pour éviter totalement de disperser les mauvaises herbes, champignons, ou encore pour pouvoir installer des moteurs catalysés ne pouvant fonctionner correctement en présence de poussière. En outre, le filtre à air gagnera aussi en longévité.

[077] Le support de sac 14 comporte également comme on l'a vu les crochets 16 permettant au support 14 de s'accrocher à l'axe 13 du déflecteur permanent 11. Le support 14 de sac comporte également dans sa partie avant deux murs latéraux 54 situés dans la prolongation des crochets 16 et un troisième mur 55 orienté transversalement par rapport à la direction d'allongement du support 14. Le déflecteur permanent 1 1 est muni d'une double paroi 11.1 venant enserrer les murs 54, 55 de part et d'autre, le sac 22 étant bloqué dans sa partie avant entre la partie inférieure du déflecteur 1 et les murs 54 et 55.

[078] Le principe du support 14 de sac muni des panneaux 40 déflecteurs est indépendant des moyens de battage 28 puisqu'il permet de résoudre un problème de modification de trajectoire des projectiles indépendant du problème de battage. Le support de sac 14 en tant que tel pourrait donc faire l'objet d'une demande de brevet divisionnaire.

[079] Comme montré sur la Figure 12, la plaque 29 du système de battage est de préférence raccordée à la coque 2 à l'aide d'un liant flexible 211 afin d'assurer une parfaite étanchéité par rapport à l'extérieur. En variante, ce liant 211 s'applique uniquement sur les parties subissant une pression de l'air, les parties subissant une dépression pouvant conserver leurs ouvertures afin d'aspirer de l'air qui agit comme tapis d'air inférieur pour les éléments se trouvant au dessus et ainsi éviter des inflexions de trajectoires trop prononcés afin de charger le fond du sac en priorité.

REVENDICATIONS

1. Dispositif pour le remplissage d'un récipient (23) d'un équipement par des éléments véhiculés par un flux d'air à l'intérieur d'un conduit (25), ce conduit (25) amenant le flux air/éléments d'une chambre (5) de coupe ou d'aspiration vers le récipient (23), caractérisé en ce qu'il comporte :

- au moins une plaque (29) déformable formant au moins partiellement la partie inférieure du conduit (25), et

- des moyens de battage (28) comportant un actionneur (33) tournant installé sur un axe assurant une flexion de la plaque (29) suivant une direction (D1) de courbure sensiblement perpendiculaire par rapport à la direction (D2) de déplacement du flux air/éléments et un relâchement de la plaque de manière cyclique.

2. Dispositif selon la revendication 1 , caractérisé en ce que les moyens de battage (28) comportent en outre :

- une patte (31) d'actionnement solidaire de la plaque (29), et

- l'actionneur (33) agissant sur la patte (31) pour permettre une flexion et un relâchement de la plaque (29) de manière cyclique.

3. Dispositif selon la revendication 2, caractérisé en ce que la patte (31) d'actionnement est une pièce rapportée.

4. Dispositif selon la revendication 3, caractérisé en ce que la patte (31) d'actionnement est montée sur la plaque (29) par l'intermédiaire de pièces élastomères.

5. Dispositif selon l'une des revendications 2 à 4, caractérisé en ce que la patte (31 ) d'actionnement et la plaque (29) forment une seule et même pièce.

6. Dispositif selon la revendication 1 , caractérisé en ce que l'actionneur (33) tournant agit sur une extrémité transversale de la plaque (29) pour permettre une flexion et un relâchement de la plaque (29) de manière cyclique.

7. Dispositif selon l'une des revendications 2 à 6, caractérisé en ce que l'axe tournant est un axe (36) de roues de l'équipement.

8. Dispositif selon la revendication 7, caractérisé en ce que l'actionneur tournant (33) comporte une protubérance (33.1) qui s'étend radialement par rapport à l'axe (36) des roues, cette protubérance (33.1 ) présentant de préférence une longueur radiale réglable.

9. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 8, caractérisé en ce que la protubérance (33.1) prend la forme d'un morceau de tôle (101 ) conformé de manière à enserrer l'axe (36).

10. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 9, caractérisé en ce qu'il comporte une pièce (34) en limitation de débattement pour délimiter l'extrême position (P2) opposée à la position (P1) dans laquelle la plaque (29) est contrainte par l'actionneur (33), de manière à augmenter la décélération et améliorer le décrochement des éléments sur la plaque (29).

11. Dispositif selon la revendication 10, caractérisé en ce que la pièce (34) de limitation de débattement est reliée d'une part à l'extrémité de la plaque (29) et d'autre part à une coque (2) de l'équipement.

12. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 1 1 , caractérisé en ce que la plaque de battage (29) est formée de deux plaques inférieure (29.1 ) et supérieure (29.2) reliées entre elles par l'intermédiaire d'une plaque intermédiaire (29.3), la plaque intermédiaire (29.3) étant reliée aux plaques inférieure (29.1 ) et supérieure (29.2) par des zones de pli (30.1 , 30.2) transversales autorisant la déformation de la plaque (29) lors de ses flexions et de ses relâchements successifs.

13. Dispositif selon la revendication 12, caractérisé en ce qu'une extrémité de la plaque de battage est fixe tandis que l'autre extrémité est libre.

14. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 13, caractérisé en ce qu'il comporte en outre un support (14) de sac présentant dans sa partie supérieure une pluralité de panneaux (40) déflecteurs pour modifier la

trajectoire des particules projetées depuis la chambre (5) de coupe ou d'aspiration de manière rectiligne vers le récipient (23) en les renvoyant vers le sol.

15. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 14, caractérisé en ce que plus on s'éloigne de la chambre (5) de coupe ou d'aspiration, plus l'angle (A1-A4) aigu que forment les panneaux (40) déflecteurs avec le sol augmente.

16. Dispositif selon l'une des revendications 1 à 15, caractérisé en ce que les angles (A) que forment les panneaux réflecteurs (40) avec l'horizontale sont compris entre 10 et 90°.

17. Dispositif selon l'une des revendications 14 à 16, caractérisé en ce que deux séries (46.1 , 46.2) de panneaux déflecteurs (40) sont situés de part et d'autre de la partie médiane du support de sac (14).

18. Dispositif selon la revendication 17, caractérisé en ce que les panneaux (40) de chaque série (46.1 , 46.2) forment une succession de panneaux réflecteurs situés à des niveaux différents appelés étages, les panneaux (40) d'un même étage formant entre eux un angle de l'ordre de 150 degrés.

19. Dispositif selon l'une des revendications 14 à 18, caractérisé en ce que le support (14) de sac comporte également un raidisseur (45) situé dans la partie médiane du support (14) suivant la dimension d'allongement du support (14) de sac.

20. Dispositif selon l'une des revendications 17 à 19, caractérisé en ce que les panneaux déflecteurs (40) étant reliés entre eux par l'intermédiaire de panneaux de liaison (42), les panneaux de liaison (42) de chaque série (46.1 , 46.2) reliant entre eux les panneaux déflecteurs (40) d'un même étage formant entre eux un angle (C1-C4) compris entre 90 et 180 degrés.

21. Dispositif selon la revendication 20, caractérisé en ce que les panneaux de liaison (42) de chaque série (46.1-46.2), en particulier les plus proches de la chambre de coupe ou d'aspiration (5) sont reliés par des panneaux de liaison (43) orientés horizontalement.

22. Tondeuse équipée d'un dispositif de remplissage selon l'une des revendications précédentes.

 

Brevets 2006

 

[0001] La présente invention concerne un dispositif pour le remplissage d’un sac étanche par des éléments véhiculés par un flux généré par un équipement. Elle s’applique plus particulièrement, mais non exclusivement, aux appareils producteurs et/ou collecteurs de déchets végétaux tels que des tondeuses.

[0002] De façon générale, la collecte des déchets végétaux se fait dans des récipients, des bacs ou des sacs perméables puis ces déchets doivent être transvasés dans des sacs ou des poubelles qui seront pris en charge par les services d’ordures ménagères.

[0003] Or, il s’avère que ce transvasement est souvent malaisé, les bacs étant lourds et difficiles à manipuler.

[0004] Une solution consiste à utiliser directement lesdits sacs pris en charge par les services d’ordures ménagères. Mais, ces derniers sont le plus souvent étanches : l’air qui entre en mélange avec les déchets n’est pas évacué ce qui conduit à des sacs partiellement remplis de déchets.

[0005] On connait également le document US- 6810652 qui décrit un récipient attaché de manière amovible à une tondeuse pour collecter de l’herbe, des feuilles et des déchets végétaux dans un sac de ramassage jetable.

[0006] L’invention a pour objet de résoudre ces inconvénients.

[0007] A cet effet, elle propose un dispositif pour le remplissage d’un sac par des éléments véhiculés par un flux généré par un équipement, ce dispositif comprenant une structure rigide, associée audit équipement, s’insérant dans le sac et supportant ledit sac étanche, ladite structure rigide permettant de compartimenter le volume interne dudit sac en un compartiment dédié au remplissage des éléments et en un compartiment dédié à l’évacuation de l’air véhiculant les éléments, le remplissage du sac contribuant à la formation des deux dits compartiments.

[0008] Ladite structure rigide comprend au moins deux panneaux comportant un côté commun et sensiblement perpendiculaires l’un à l’autre, à savoir un premier panneau d’entrée d’un flux air/éléments comportant une ouverture et sur lequel vient se fixer partiellement le sac de manière à former ledit volume de remplissage et un deuxième panneau de sortie d’un flux d’air s’insérant dans le sac comportant des orifices conformés de façon à permettre la sortie dudit flux d’air du volume de remplissage dans le volume d’évacuation du sac tout en empêchant le passage des éléments.

[0009] Le deuxième panneau en combinaison avec le sac permet de créer le volume de remplissage et le volume d’évacuation.

[0010] Bien entendu, le dispositif selon l’invention est particulièrement avantageux lors de l’utilisation d’un sac étanche à l’air mais l’utilisation d’un sac perméable à l’air est également envisageable.

[0011] Ladite structure pourra en outre comprendre au moins un volet orientant le flux air/éléments entrant dans le volume de remplissage de façon à optimiser le remplissage du sac.

[0012] Selon une première variante, ledit dispositif pourra comporter des moyens de battage externes du sac dans la partie avant du volume de remplissage de manière à améliorer le conditionnement des éléments tout en empêchant l’obturation de l’ouverture du panneau d’entrée du flux air/éléments.

[0013] Lesdits moyens de battage pourront, par exemple, être constitués d’une lame flexible avec une butée à chacune de ses extrémités et d’actionneurs.

[0014] Ces actionneurs pourront comprendre les roues de l’équipement.

[0015] Ils pourront également être actionnés par l’inclinaison de l’équipement lors de virages ou encore manuellement par une action sur une pédale ou à la main. Selon une deuxième variante, ledit dispositif pourra comprendre des moyens de battage de tout ou partie d’un conduit ayant pour fonction d’amener le flux air/éléments dans le sac. Ainsi, lesdits moyens de battage empêchent que le conduit s’obstrue en décollant puis en réinjectant les éléments dans le flux d’air.

[0016] Lesdits éléments pourront notamment être des déchets, des fruits, de la neige, du sable.

[0017] Ledit volume de remplissage pourra être fermé à l’aide de moyens de fixation du sac placés sur la structure.

[0018] Ledit premier panneau pourra être situé dans un plan sensiblement vertical.

[0019] Ledit deuxième panneau pourra être situé dans un plan sensiblement horizontal ou vertical.

[0020] Le deuxième panneau pourra être par exemple de forme rectangulaire, trapézoïdale, semi-circulaire ou semi-ovale.

[0021] Ledit au moins un volet pourra être fixé sur l’un ou les deux panneaux selon l’axe longitudinal et/ou transversal de la structure en formant un angle avec le panneau de façon à orienter le flux air/éléments vers le fond du volume de remplissage du sac, cet angle se réduisant au fur et à mesure du remplissage du sac.

[0022] Ledit au moins un volet pourra comporter des ouvertures de façon à améliorer la circulation du flux d’air.

[0023] Ledit au moins un volet pourra s’étendre de part et d’autre d’au moins un panneau de façon à présenter une partie à l’intérieur du volume de remplissage et une partie à l’extérieur du volume de remplissage.

[0024] Une telle conformation augmente la masse angulaire et ainsi l’inertie angulaire dudit au moins un volet en favorisant la diminution voire la suppression d’un mouvement de balancier dudit au moins un volet en cas de projection(s) sur ce dernier. En effet, ledit volet est un dispositif de protection contre les projectiles, puis, l’herbe, en remplissant le sac, se substitue au volet. Lorsque de multiples projectiles viennent taper ledit volet, l’angle avec le deuxième panneau se trouve réduit dans une mesure, qui peut en cas d’inertie angulaire trop faible au regard de l’énergie cinétique des projectiles, permettre un trajet desdits projectiles en ligne droite entre le conduit ayant pour fonction d’amener le flux air/éléments dans le sac et l’extérieur, à travers le sac, encourrant ainsi le risque de blesser un individu.

[0025] Par ailleurs, la partie dudit au moins un volet situé à l’extérieur du volume de remplissage du sac pourra être visible de l’utilisateur. Ainsi, lorsque le sac se remplit le volet tend vers une position horizontale et la partie extérieure dudit volet en prenant une telle position indique que le sac est plein.

[0026] Avantageusement, ledit au moins un volet pourra comprendre une fonction de protection et permettre de modifier la trajectoire rectiligne d’éléments susceptibles de transpercer le sac.

[0027] Dans sa fonction de protection, le volet pourra être remplacé par un filet extérieur à mailles serrées.

[0028] Un panneau de protection pourra également être positionné sous le sac afin de le protéger des déchirures.

[0029] Selon une troisième variante, le dispositif pourra comporter des panneaux complémentaires ou latéraux s’étendant perpendiculairement aux premier et deuxième panneaux et présentant un côté commun avec chacun desdits premier et deuxième panneaux, ces panneaux permettant de renforcer ladite structure.

[0030] Lesdits panneaux complémentaires pourront comprendre au moins un volet orientant le flux air/éléments.

[0031] Lesdits panneaux complémentaires pourront avoir une forme biseautée.

[0032] Chaque panneau complémentaire pourra comporter un deuxième panneau parallèle comprenant des moyens de fixation du sac de façon à former un V ou un U dont le sommet se situe du côté du volume d’évacuation de façon à former des canaux d’évacuation du flux d’air en facilitant la fixation du sac sur la structure et/ou l’équipement et en contribuant à son étanchéité en jouant sur l’élasticité de ces deux panneaux.

[0033] Lesdits canaux d’évacuation du flux d’air pourront comporter des orifices d’évacuation du flux.

[0034] Les moyens de fixation du sac sur la structure pourront comprendre un rebord situé à la périphérie du panneau d’entrée du flux air/éléments sur lequel vient s’appliquer le bord du sac puis éventuellement un lien élastique ou un dispositif pour pincer le bord du sac sur ledit rebord.

[0035] Le dispositif selon l’invention pourra comprendre des moyens pour guider le flux d’air sortant du volume d’évacuation vers le sol afin d’éviter une projection des particules encore présentes dans ledit flux d’air.

[0036] Le dispositif selon l’invention pourra comprendre des moyens pour guider le flux d’air sortant du volume d’évacuation de façon à ce que ledit flux soit aspiré, recyclé dans la chambre de coupe d’un équipement tel qu’une tondeuse.

[0037] Avantageusement, lesdits moyens pour guider permettent d’éviter la pollution du milieu environnant avec le résidu non filtré notamment la dispersion des graminées que se soit pour leur non prolifération ou les risques liés à la santé, allergène par exemple.

[0038] Lesdits moyens de fixation du sac pourront comprendre au moins un crochet.

[0039] Selon une variante, lesdits moyens de fixation du sac pourront se situer sur lesdits panneaux complémentaires. [0040] Avantageusement, ledit pincement du bord du sac pourra être réalisé lors du montage du dispositif sur un équipement. [0041] Le montage du dispositif selon l’invention sur un équipement pourra être réalisé par des moyens correspondant aux normes en vigueur pour ledit équipement.

[0042] Par exemple, ledit dispositif pourra comprendre des moyens pour adopter deux types de position par rapport à un équipement sur lequel il est monté : une position d’utilisation, ledit deuxième panneau étant dans un plan horizontal et une position à la fois de rangement et permettant la mise en place d’un sac sur le dispositif, ledit deuxième panneau étant alors de nouveau dans un plan sensiblement horizontal après une rotation approximative de + ou -180°, c’est-à-dire il se trouve retourné par rapport à sa position d’utilisation, l’angle exact de rotation dépendant de la forme du moteur servant de butée.

[0043] Avantageusement, la position de rangement permet de diminuer l’encombrement au sol.

[0044] Le passage d’une position à l’autre, par exemple, par rotation autour d’un axe horizontal permettant de connecter ledit équipement au dispositif selon l’invention pourra être facilité par le fait que le dispositif consiste en un ensemble solidaire.

[0045] Le dispositif selon l’invention pourra comprendre en outre un panneau de protection se positionnant sous un sac afin de le protéger des déchirures.

[0046] Lorsque ledit dispositif est placé en position de rangement, le panneau de protection pourra pivoter selon un axe horizontal pour venir fermer un conduit qui amène le flux air/éléments sortant d’une chambre de coupe dans ledit dispositif afin de protéger l’accès aux lames de la chambre de coupe et ainsi permettre un retournement en toute sécurité en position de rangement.

[0047] Ledit équipement pourra être notamment une tondeuse, une débroussailleuse, une faucheuse, un scarificateur, un broyeur, un aspirateur, un collecteur de fruits.

brevet

[0048] Des modes d’exécution de l’invention seront décrits ci-après, à titre d’exemples non limitatifs, avec référence aux dessins annexés dans lesquels : Les figures 1a et 1b sont des représentations respectivement de face et de côté d’un mode de réalisation du dispositif selon l’invention ; La figure 2 est une représentation d’une tondeuse équipée d’un dispositif selon l’invention comportant des moyens de battage. La figure 3 est une représentation en perspective d’un deuxième mode de réalisation du dispositif selon l’invention comportant des panneaux supplémentaires ; La figure 4 est une représentation d’une variante de la figure 3 montrant des volets ; La figure 5 est une représentation d’un troisième mode de réalisation du dispositif selon l’invention ; La figure 6 est une représentation d’un crochet de la figure 5 ; Les figures 7a, 7b, 7c sont des représentations du fonctionnement des moyens externes de battage d’un sac ; La figure 8 est une représentation d’un quatrième mode de réalisation du dispositif selon l’invention ; La figure 9 est une coupe selon un plan longitudinal d’un cinquième mode de réalisation du dispositif selon l’invention avec un volet sur le panneau d’entrée du flux air/éléments; Les figures 10a et 10b sont des représentations de face et de côté d’un sixième mode de réalisation du dispositif selon l’invention avec plusieurs volets sur le panneau d’entrée du flux air/éléments ; La figure 11 est une représentation d’un septième mode de réalisation du dispositif selon l’invention ; La figure 12 est une représentation de côté d’une tondeuse équipée d’une variante du dispositif de la figure 3 ; La figure 13 est une représentation de côté d’une tondeuse autoportée équipée d’un dispositif selon l’invention comportant des moyens de battage.

[0049] Dans l’exemple des figures 1 a et 1b, le dispositif selon l’invention comporte une structure 1 comprenant deux panneaux de forme rectangulaire perpendiculaires l’un à l’autre, un panneau d’entrée d’un flux air/ éléments 2 situé dans un plan sensiblement vertical, un panneau de sortie d’un flux d’air 3 situé dans un plan sensiblement horizontal, un des côtés longitudinaux du panneau 2 étant commun à un des côtés transversaux du panneau 3.

[0050] Le dispositif selon l’invention comprend ainsi un volume de remplissage 4 délimité d’une part par les panneaux 2 et 3 et d’autre part par les parois du sac et un volume d’évacuation du flux d’air 5 délimité par le panneau 3 et les parois du sac.

[0051] Le panneau 2 présente une ouverture 6 pour permettre l’entrée du flux air/éléments.

[0052] Il comporte également sur ses trois côtés non communs au panneau 3 des moyens de fixation d’un sac de collecte 8 d’éléments comprenant un rebord saillant 7.

[0053] Il est à noter que le rebord pourra être non saillant et, plus généralement, lesdits moyens de fixation pourront être sur au moins un des côtés.

[0054] Le sac pourra être conçu dans une matière recyclable ou en une matière présentant une certaine souplesse et/ou élasticité.

[0055] Le panneau 3 comporte dans sa partie opposée (la plus éloignée du) au panneau 2 des orifices 9 destinés à l’évacuation de l’air entré dans le sac 8 avec le flux air/ éléments.

[0056] Ces orifices pourront par exemple consister en un grillage intégré au panneau ou en des perçages directs du panneau.

[0057] Il est à noter que le panneau 3 a également un rôle dans le maintien du sac en position d’utilisation.

[0058] De plus, il sépare les volumes de remplissage et d’évacuation et le remplissage du sac contribue à l’étanchéité entre lesdits volumes, le sac sous l’effet du poids des éléments vient au contact des bords du panneau 3.

[0059] En outre, ses angles pourront être prévus par exemple arrondis afin de ne pas déchirer le sac ou sa forme pourra avoir tout autre forme compatible avec l’insertion dans le sac telle que trapézoïdale, semi-circulaire ou semi-ovale.

[0060] Un volet 10 de forme rectangulaire avec un côté fixé au niveau de la partie avant du panneau 3 et le côté opposé libre orienté vers l’arrière du panneau 3, le volet 10 et le panneau 3 formant un angle maximum de 90°. Ce volet oriente le flux air/éléments et modifie la trajectoire d’éléments susceptibles de transpercer le sac tout en absorbant l’énergie cinétique desdits éléments. L’angle formé par le volet 10 avec le panneau 3 se réduit au fur et à mesure du remplissage dudit sac selon la flèche A représentée sur la figure 1b, l’absorption de l’énergie cinétique étant alors réalisée par les éléments amassés.

[0061] Le volet pourra avoir une forme différente dans la mesure où sa fonction est réalisée.

[0062] Le dispositif comprend également des moyens de battage externe comportant deux cames 11 montées chacune sur une des roues arrière 12 d’un équipement par exemple une tondeuse T (Figure 2). Chaque came 11 entraîne un axe sensiblement horizontal 13 terminé par un axe vertical 14 sur lequel est articulé l’extrémité d’une lame flexible 15 reliant les deux axes verticaux 14, les dimensions de ces axes permettant de placer la lame flexible 15 sous la partie avant du sac 8.

[0063] Le dispositif ainsi décrit est fixé à l’arrière de la tondeuse T, selon des normes établies par le fabricant, au niveau du panneau 2 de sorte que l’ouverture 6 se trouve vis-à-vis de la sortie des déchets végétaux de la tondeuse. Ainsi, le flux air/déchets s’engouffre dans l’ouverture avant d’être orienté vers la partie arrière du sac par le volet 10 : le flux va se heurter aux parois du sac au niveau de la partie arrière entraînant le dépôt des déchets puis l’évacuation de l’air par les orifices 9.

[0064] Dans le même temps, la tondeuse roulant, la lame flexible 15 vient battre le sac 8 au niveau de sa partie avant de façon à permettre l’introduction d’une plus grande quantité de déchets et à empêcher l’obturation de l’ouverture 6.

[0065] La figure 3 illustre un mode réalisation du dispositif selon l’invention où la structure 1 comprend outre les panneaux d’entrée 2 et de sortie 3, des panneaux complémentaires biseautés 16, 16’ situés dans des plans sensiblement verticaux perpendiculaires au panneau d’entrée 2 et au panneau de sortie 3 de façon à renforcer ladite structure 1.

[0066] Chaque panneau complémentaire 16, 16’ comporte un deuxième panneau parallèle 17, 17’, comprenant des moyens F de fixation du sac, de façon à former un V dont le sommet se situe du côté du volume d’évacuation de façon à former des canaux 18, 18’ d’évacuation du flux d’air, lesdits canaux 18, 18’ et le volume d’évacuation du flux d’air 5 formant un unique canal d’évacuation dudit flux.

[0067] Il est à noter que les moyens de fixation F pourront se situer sur le panneau d’entrée 2 par exemple aux extrémités de son côté supérieure.

[0068] Avantageusement, les panneaux 17, 17’ de la figure 3 vont favoriser le maintien en position du sac.

[0069] En effet, la relative élasticité due à leur forme engendre un maintien du sac pouvant être accru par un pincement du sac entre le moyeu du côté intérieur des roues et lesdits panneaux 17, 17’ ou un enroulement du sac sur les panneaux 17, 17’ ou encore un poinçonnage du sac par des pièces en saillie de diverses formes situées sur lesdits panneaux.

[0070] La figure 4 est une représentation d’une variante de la figure 3 avec seulement comme panneaux complémentaires les panneaux 16, 16’ et illustrant l’utilisation de deux volets flexibles 19, 20 chacun étant situé sur un des panneaux complémentaires, le premier 19 étant orienté selon l’axe longitudinal de la structure 1, le second 20 étant orienté selon l’axe transversal de la structure 1.

[0071] La figure 5 illustre une variante du dispositif selon l’invention où une tondeuse T’ intègre ledit dispositif.

[0072] Cette tondeuse comporte un châssis porteur 21 muni d’un moteur d’entraînement 22, de deux roues avant 23, deux roues arrière 24 éventuellement motrices et d’un carter de coupe central 25 dans lequel sont montées au moins deux lames rotatives 26 autour d’un axe 27 sensiblement perpendiculaire au sol. Ces deux lames génèrent un flux d’air et de déchets qui est évacué radialement sous l’effet d’une force centrifuge en direction d’un orifice de sortie 28 sur lequel est monté directement le dispositif selon l’invention. Il est à noter que le dispositif pourra être monté indirectement sur ledit orifice 28.

[0073] Cette tondeuse T’ comprend également un capot de protection 29 au dessus de l’orifice de sortie 28 du flux air/déchets de la tondeuse T’.

[0074] Ce capot assure la protection de l’utilisateur lorsque le dispositif et le sac ne sont pas en place : si nécessaire, il absorbe l’énergie cinétique des projectiles tout en les déviant vers le sol.

[0075] Ce capot est articulé sur un axe 30 perpendiculaire à l’axe longitudinal de la tondeuse. Lorsqu’il tourne, il est contraint par un ressort, non représenté, situé sur l’axe 30 qui tend à le ramener en position rabattue en exerçant un effort sur le dispositif de manière à pincer le bord du sac sur la tondeuse. Cette position du capot par rapport au dispositif favorise l’étanchéité des compartiments d’évacuation et de remplissage lorsque le sac n’a pas commencé à être rempli.

[0076] Les moyens de fixation du dispositif selon l’invention comprennent deux crochets 31 situés à chaque extrémité du bord supérieur du panneau d’entrée 2’ du flux air/déchets (Figure 6).

[0077] Ces crochets viennent s’accrocher sur l’axe 30 du capot de protection. La liaison crochets/axe laisse aux crochets un certain degré de liberté de rotation autour de l’axe (flèche B) et de translation selon les flèches C de façon à favoriser le déplacement parallèle du panneau d’entrée 2’ en appui sur l’orifice 28 de sortie du flux air/déchets de la tondeuse de manière à assurer un contact et plus précisément un pincement (flèche D) du bord du sac situé entre le panneau 2’ et la tondeuse.

[0078] Un autre moyen de battage externe du sac pourra comprendre (Figures 7a-c) : - sur chaque roue arrière une protubérance parallèle à l’axe de roulement de la roue et formant un excentrique 32, 32’, la position de chaque excentrique étant décalée l’une par rapport à l’autre par exemple de 180°, - une lame 33 solidaire en son centre d’un pivot 34 éventuellement rattaché au bord inférieur du panneau d’entrée du flux air/éléments, située dans un plan horizontal à hauteur de l’axe des roues, - deux butées 35, 35’ chacune étant située à l’une des extrémités du bord inférieur du panneau d’entrée du flux air/éléments.

[0079] Le fonctionnement du moyen de battage est une succession de cycles, chaque cycle se déroulant de la façon suivante : l’énergie emmagasinée durant chaque flexion au niveau d’un côté de la lame est transmise à l’autre côté de la lame lorsque celle-ci est libérée effectuant ainsi un battage du sac au niveau de sa partie inférieure avant afin de déplacer les éléments vers la partie arrière du sac.

[0080] L’invention ne se limite pas aux exemples précédemment décrits. En effet, le panneau de sortie du flux d’air pourra avoir différentes positions par rapport au panneau d’entrée du flux air/éléments.

[0081] En outre, un ou plusieurs volets flexibles et/ou non flexibles pourront être situés sur le panneau d’entrée du flux air/éléments.

[0082] La figure 8 illustre un mode de réalisation du dispositif selon l’invention où le panneau de sortie 36 du flux d’air est situé dans un plan sensiblement vertical perpendiculaire au panneau d’entrée 2.

[0083] La figure 9 illustre un mode de réalisation du dispositif selon l’invention vue en coupe selon un plan longitudinale où le volet 37 orientant le flux air/éléments est situé sur le panneau d’entrée 2.

[0084] Les figures 10a et 10b illustrent un mode de réalisation du dispositif selon l’invention où le panneau d’entrée 2 comporte plusieurs volets, les volets 38 situés dans la partie supérieure du panneau 2 étant orientés vers l’intérieur du sac et vers le haut, les volets 39 situés dans la partie inférieure du panneau 2 étant orientés vers l’intérieur du sac et vers le bas.

[0085] La figure 11 illustre un mode de réalisation du dispositif selon l’invention où les volets sont des lames 40 très courtes s’étendant selon un axe transversal au dispositif.

[0086] La figure 12 représente une variante du dispositif de la figure 3 dans laquelle les panneaux 17, 17’ sont respectivement prolongés par des panneaux déflecteurs 41, 41’ reliés au moins au niveau de leur partie supérieure 42 par exemple par un panneau non visible sur la figure, de façon à former un conduit 44 qui canalise le flux d’air sortant et les particules qu’il contient vers le sol (le panneau 17’ et le déflecteur 41’correspondant ne sont pas visible sur la figure 12).

[0087] Plus précisément, dans cette variante, le flux d’air est canalisé vers l’entrée (flèche E) de la chambre de coupe 45 où il est aspiré.

[0088] Il est à noter que chaque panneau 41, 41’ peut constituer un élément du dispositif selon l’invention proprement dit c’est-à-dire un seul panneau avec un panneau 17, 17’ ou encore constituer un élément de l’équipement sur lequel est monté le dispositif selon l’invention.

[0089] Ledit dispositif comprend également un panneau de protection 46 se positionnant sous un sac 47 afin de le protéger des déchirures.

[0090] Le dispositif comprend encore des moyens de battage tels que décrits sur les figures 7a à 7c. De plus, au moins les protubérances 32, 32’ situées sur les roues viennent actionner un batteur composé au minimum de la partie inférieure 481 d’un conduit 48 amenant le flux air/éléments de la chambre de coupe 45 dans le dispositif selon l’invention afin de favoriser le déplacement des éléments du flux air/éléments vers le volume de remplissage.

[0091] Enfin, ledit dispositif comprend un volet 49 qui s’étend à travers le panneau 3 et le sac 47 de façon à ce que sa partie 50, située alors à l’extérieur du volume de remplissage et du sac, soit visible par l’utilisateur.

[0092] Une telle conformation de volet présente deux avantages : - une stabilisation du volet lors de projections, - une indication du remplissage du sac, lorsque le sac se remplit, le volet tend selon la flèche F vers une position horizontale ; ainsi, la tonte est arrêtée avant que le conduit 48 ne se soit également rempli et que l’utilisateur ne doive mettre les mains dans ledit conduit 48 afin de le vider au risque de se couper.

[0093] Ledit dispositif pourra présenter deux types de position : une position d’utilisation, le panneau 3 étant dans un plan horizontal et une position, non représentée, à la fois de rangement et permettant la mise en place d’un sac sur le dispositif, ledit panneau 3 étant alors retourné après une rotation de 180°.

[0094] Le passage d’une position à l’autre se fait, par exemple, par rotation du dispositif selon l’invention autour d’un axe horizontal 51.

[0095] Il est à noter que, lorsque le dispositif est placé en position de rangement, le panneau de protection 46 pivote selon un axe horizontal 52 pour venir fermer le conduit 48 qui amène le flux air/éléments sortant de la chambre de coupe 45 dans le dispositif afin de protéger l’accès aux lames de la chambre de coupe 45 et ainsi permettre un retournement en toute sécurité en position de rangement.

[0096] Bien entendu, l’axe 52 n’est pas nécessaire en cas de système fixe.

[0097] La figure 13 représente une tondeuse autoportée équipée d’un dispositif selon l’invention 53.

[0098] Ce dispositif comprend en outre des moyens de battage externe d’un sac 54 et d’un conduit 55 amenant le flux air/éléments sortant de la chambre de coupe 56 dans le dispositif selon l’invention.

[0099] Ces moyens de battage comportent notamment des protubérances 57 et une lame 58 respectivement analogues aux protubérances 32 et à la lame 33 de l’exemple des figures 7a à 7c et ils comportent en outre un batteur analogue à celui de la figure 12 c’est-àdire composé d’une partie du conduit 55.

[0100] Parmi les nombreux avantages que présente le dispositif précédemment décrit, on retiendra les suivants : - un remplissage optimal du sac, - une sécurité par rapport à d’éventuels projectiles, - une facilité d’adaptation sur un équipement, - une facilité d’intégration dans un équipement, - en raison de l’absence de transfert d’éléments, un gain de temps, moins de dispersion de spores et de graminées (allergènes), une préservation du dos notamment, - un gain de place pour le rangement, - une utilisation de matériaux recyclables.

Revendications 1.

Dispositif pour le remplissage d’un sac par des éléments véhiculés par un flux généré par un équipement, ce dispositif comprenant une structure rigide (1), associée audit équipement (T), s’insérant dans le sac et supportant ledit sac (8), ladite structure rigide (1) permettant de compartimenter le volume interne dudit sac en un compartiment (4) dédié au rem- plissage des éléments et en un compartiment (5) dédié à l’évacuation de l’air véhiculant les éléments, caractérisé en ce que ladite structure rigide (1) comprend au moins deux panneaux comportant un côté commun et sensiblement perpendiculaires l’un à l’autre, à savoir un premier panneau (2) d’entrée d’un flux air/éléments comportant une ouverture (6) et sur lequel vient se fixer partiellement le sac (8) de manière à former ledit volume de remplissage (4) et un deuxième panneau (3, 21) de sortie d’un flux d’air s’insérant dans le sac (8) comportant des orifices (9) conformés de façon à permettre la sortie dudit flux d’air du volume de remplissage (4) dans le volume d’évacuation (5) du sac tout en empêchant le passage des éléments.

2. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que le sac (8) est étanche à l’air.

3. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comporte au moins un volet (10, 19, 20, 37, 38, 39) orientant le flux air/éléments entrant dans le volume de remplissage (4) de façon à optimiser le remplissage du sac étanche (8).

4. Dispositif selon la revendication 3,

caractérisé en ce que ledit au moins un volet (49) s’étend de part et d’autre d’au moins un panneau (3) de façon à présenter une partie à l’intérieur du volume de remplissage et une partie (50) à l’extérieur du volume de remplissage.

5. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comporte des moyens de battage externe (11, 12, 13, 14, 15) du sac.

6. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comporte des moyens de battage (32, 33, 481, 57, 58) de tout ou partie d’un conduit (48, 55) ayant pour fonction d’amener le flux air/éléments dans le sac.

7. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que ledit premier panneau (2) d’entrée d’un flux air/éléments est situé dans un plan sensiblement vertical.

8. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que ledit deuxième panneau (3, 36) de sortie d’un flux d’air est situé dans un plan sensiblement horizontal ou vertical.

9. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que ledit au moins un volet (10, 19, 20, 37, 38, 39) est fixé sur l’un ou les deux panneaux (2, 3, 36) selon l’axe longitudinal et/ou transversal de la structure (1) en formant un angle avec le panneau de façon à orienter le flux air/éléments vers le fond du sac, cet angle se réduisant au fur et à mesure du remplissage du sac.

10. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comporte des panneaux complémentaires (16, 16’) s’étendant perpendiculairement aux premier (2) et deuxième (3, 36) panneaux et présentant un côté commun avec chacun desdits premier et deuxième panneaux.

11. Dispositif selon la revendication 10,

caractérisé en ce que lesdits panneaux complémentaires (16, 16’) comprennent au moins un volet (19, 20) orientant le flux air/éléments.

12. Dispositif selon la revendication 10,

caractérisé en ce que chaque panneau complémentaire (16, 16’) comporte un deuxième panneau parallèle (17,17’) de façon à former un V ou un U dont le sommet se situe du côté du volume d’évacuation (5) de façon à former des canaux (18, 18’) d’évacuation de l’air.

13. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que les moyens de fixation du sac sur la structure comprennent un rebord (7) situé à la périphérie du panneau (2) d’entrée du flux air/ éléments sur lequel vient s’appliquer le bord du sac.

14. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que ledit panneau (2) d’entrée du flux air/éléments comporte plusieurs volets, les volets (38) situés dans la partie supérieure dudit panneau étant orientés vers l’intérieur du sac et vers le haut, les volets (39) situés dans la partie inférieure dudit panneau étant orientés vers l’intérieur du sac et vers le bas.

15. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que lesdits éléments sont des déchets végétaux ou des fruits ou de la neige ou du sable.

16. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comprend des moyens (41) pour guider le flux d’air sortant du volume d’évacuation vers le sol afin d’éviter une projection des particules encore présentes dans ledit flux d’air ou la pollution du milieu environnant avec le résidu non filtré.

17. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comprend des moyens (41) pour guider le flux d’air sortant du volume d’évacuation de façon à ce que ledit flux soit aspiré, recyclé dans la chambre de coupe (45) d’un équipement.

18. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comprend des moyens (51) pour adopter deux types de position par rapport à un équipement sur lequel il est monté : une position d’utilisation, ledit deuxième panneau étant dans un plan horizontal et une position à la fois de rangement et permettant la mise en place d’un sac sur le dispositif, ledit deuxième panneau étant alors de nouveau dans un plan sensiblement horizontal après une rotation approximative de + ou -180°, c’est-à dire il se trouve retourné par rapport à sa position d’utilisation, l’angle exact de rotation dépendant de la forme du moteur servant de butée.

19. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce qu’il comprend en outre un panneau de protection (46) se positionnant sous un sac (47) afin de le protéger des déchirures.

20. Dispositif selon l’une des revendications 18 et 19,

caractérisé en ce que, lorsque ledit dispositif est placé en position de rangement, le panneau de protection (46) pivote selon un axe horizontal (52) pour venir fermer un conduit (48) qui amène le flux air/ éléments sortant d’une chambre de coupe (45) dans ledit dispositif afin de protéger l’accès aux lames de la chambre de coupe (45) et ainsi permettre un retournement en toute sécurité en position de rangement.

21. Dispositif selon la revendication 1,

caractérisé en ce que ledit équipement est une tondeuse ou une débroussailleuse ou une faucheuse ou un scarificateur ou un broyeur ou un aspirateur ou un collecteur de fruits. 22. Tondeuse comportant un châssis porteur (21) muni d’un moteur d’entraînement (22), de deux roues avant (23), deux roues arrière (24) et d’un carter (25) de coupe central dans lequel sont montées au moins deux lames rotatives autour d’un axe (27) sensiblement perpendiculaire au sol, lesdites au moins deux lames générant un flux d’air et de déchets qui est évacué radialement sous l’effet d’une force centrifuge en direction d’un orifice de sortie (28), caractérisée en ce qu’elle comprend, en outre, un dispositif pour le remplissage d’un sac par des déchets végétaux véhiculés par un flux généré par la tondeuse comprenant une structure rigide (1), associée audit équipement (T), s’insérant dans le sac et supportant ledit sac (8), ladite structure rigide (1) permettant de compartimenter le volume interne dudit sac en un compartiment (4) dédié au remplissage des déchets végétaux et en un compartiment (5) dédié à l’évacuation de l’air véhiculant les déchets végétaux, ce dispositif étant monté proche de l’orifice de sortie (28), ladite structure rigide (1) comprenant au moins deux panneaux comportant un côté commun et sensiblement perpendiculaires l’un à l’autre, à savoir un premier panneau (2) d’entrée d’un flux air/éléments comportant une ouverture (6) et sur lequel vient se fixer partiellement le sac (8) de manière à former ledit volume de remplissage (4) et un deuxième panneau (3, 21) de sortie d’un flux d’air s’insérant dans le sac (8) comportant des orifices (9) conformés de façon à permettre la sortie dudit flux d’air du volume de remplissage (4) dans le volume d’évacuation (5) du sac tout en empêchant le passage des éléments.

Brevet complet avec figures

Lire la suite...