L'essentiel

Compostage :
 
Vous pouvez ramasser vos déchets végétaux avec des sacs-poubelle. Tontes de pelouse, mauvaises herbes arrachées dans les plates-bandes, taille des fleurs fanées....
Ensuite il suffit de fermer le sac et laisser opérer la nature. 
Il faut que le sac ne soit plein qu'au 3/4 et que le mélange ne soit pas tassé à l'intérieur. On peut aussi amélioré le système en mettant quelques poignées des coupures de bois ou de sciure pour améliorer le compostage.
Une fois le sac fermé on le pose à plat et non debout. Si le sac est hermétiquement fermé, quelques trous avec un tournevis pour que les gaz s'échappent.
Ensuite à chaque fois que vous visitez votre endroit vous retournez ou agitez le sac, ce brassage accélère le processus.
Le produit fini est obtenu pendant la belle saison en 4-5 semaines seulement. Il est encore grossier mais excellent pour le paillage ou comme amendement organique.

En automne, on pourra utiliser un sac noir plastique qui captera la chaleur des rayons solaires et ralentira le processus de compostage. A l'intérieur l'humidité reste constante au contraire des composteurs.
 
L'ensachage lors de la tonte a, outre le gain de temps, l'avantage de recycler la poussière.

Les autres tondeuses vaporisent et dispersent des :

  • Particules radioactives :

Nous ne connaissons pas les conséquences d’irradions répétitives, les particules radioactives sont dispersées massivement pendant de longues périodes après un sinistre. La tonte est l’occasion de vaporiser et respirer régulièrement ces poussières nous rendant nous même radioactif et générant inéluctablement des cancers pugnaces. Par extension, dans les zones irradiées, il convient de collecter les tontes lesquelles collectent les poussières radioactives afin d’éviter une contamination des sols.

  • Produits phyto pharmaceutiques :

Cette attaque des organes humains en vue de les scléroser apparait aussi lors de l’aspiration de gouttelettes vaporisées de produits phyto pharmaceutiques comme les herbicides dont nous interdisons quasiment aucune des centaines de nouvelles molécules misent sur le marché chaque année, sans même avoir préalablement effectué des tests cliniques pour définir leurs effets indésirables. Cf rapport Paillotin.

  • Pollens :

Les pollens retombés ou provenant des graminées.

  • Spores :

Les spores de moisissures, de champignons, de mousse, de fougères.

  • Autres polluants :

Les résidus de combustion d’ordures ménagères. Les fibres textiles,  de poils, de particules de peau et autres phanères provenant des humains ou des animaux familiers, d'insectes morts, ainsi que des déchets alimentaires, de moisissures résultant d’un sol trop acide, de plomb, d’amiante.